Autour du Monde, Voyage intérieur

J’ai commencé à voyager parce que j’avais peur d’être ennuyeuse

L’histoire banale d’une fille comme les autres.

23 ans. J’avais eu le temps de finir mon Master à Lyon, de travailler 3 ans en alternance dans la même entreprise à Paris, de me lasser de ce poste qu’on allait pourtant m’offrir en CDI, et de me voir proposer un doctorat sur l’intelligence émotionnelle.

23 ans. J’avais eu le temps de tomber follement amoureuse, d’en souffrir à mourir, d’avoir quelques petites histoires qui finissaient toujours par des larmes et des regrets. L’éternelle rengaine déclinée sous plusieurs profils masculins. Relations complexes et torturées.

Lire la suite « J’ai commencé à voyager parce que j’avais peur d’être ennuyeuse »

Autour du Monde

Les aéroports, passages entre deux mondes

Depuis que je voyage seule, j’arrive aux aéroports avec cette même fébrilité, cet enthousiasme stressé.

Ces lieux jouent bien souvent les intermédiaires entre deux étapes, entre deux états. Un moment suspendu dans le temps et dans l’espace où je rassemble mes pensées et émotions qui parlent du pays que je quitte, des gens que j’ai rencontrés, des choses que je viens de vivre. Cet instant si mince, et pourtant significatif, où le passé, le présent et le futur se présentent à moi parfaitement alignés ; “unis-vers” cet ailleurs.

Lire la suite de l’article…

Autour du Monde, Voyage intérieur

Génération SDF

Backpackers. Voyageurs. Itinérants. Chaque année, des milliers de jeunes s’engagent sur le chemin du road trip, devenant pour quelques temps sans domicile fixe. Voyager, virus de cette génération globe-trotteuse. Me rappeler la signification de nos errances et de nos itinérances.

C’est intéressant la façon dont nous utilisons un mot pour décrire, voire définir, une personne, une situation, un contexte. Ici, au Québec, j’ai appris qu’être itinérant signifie être SDF — Sans Domicile Fixe. Ça m’a fait bizarre les premières fois que j’ai entendu ce mot, et que je l’ai associé à lui, à elle.

Itinérant. Itinéraire. Destination. Voyage. Sac à dos. Backpacker.

Backpacker. Moi. Moi. Itinérante. Itinérante. Sans Domicile Fixe.

SDF. Moi. Vous. Nous.

C’est frappant, non ? Nous croyons savoir qui nous sommes. Nous pensons savoir qui ils sont.

Puis, d’un seul coup, le sens du mot se transforme. Alors que vous pensiez qu’ « itinérant » voulait dire « voyageur », et que ce voyageur c’était vous, chanceux nomade parcourant le globe ; la définition et les regards changent, « itinérant » signifie « clochard », et c’est la vision d’un monde qui bascule.

Pour lire la suite de l’article, rendez-vous ici !

Canada, Voyage intérieur

#Québec, deuxième envol

Je m’envole pour Paris. Une semaine de lecture selon l’université, offerte pour rattraper nos lectures et travaux… Une semaine pour se reposer selon les étudiants… Une semaine qui s’annonce tout sauf studieuse ou reposante pour moi. Une semaine déjà noircie dans mon agenda telle une jeune ministre des affaires étrangères sur le sol parisien. Je décolle avec Charles Aznavour dans mes oreilles qui me susurre ses mots d’écriture qui me font toujours frissonner, « écrire comme on parle et on crie ». Puis s’enchaine la bande-originale d’Inception avec Time qui provoque toujours des envolées grandioses au cœur de mon palpitant. « Promets-moi de ne pas pleurer en rentrant », me chuchote ma petite voix intérieure. Je prends le temps d’analyser mes sensations intérieures. « Je ne peux rien te promettre, tu le sais bien », je lui réponds en souriant déjà consciente du contraire.

_1140064.RAW.jpg

Lire la suite « #Québec, deuxième envol »

Roadtrips en Australie

#East Coast : Le Parfum des embruns iodés

Pour la première fois depuis le début de mon voyage en Australie, Cairns me dévoile des reliefs que l’on pourrait presque appeler « montagnes ». Je ne me souvenais plus de la beauté des collines et des monts qui se dessinent à l’horizon.

Je suis toujours accompagnée d’Elise, nous avons les mêmes envies d’aventures, et finalement, malgré certaines tensions naissantes, les expériences précédentes m’ont prouvée qu’il était tout de même difficile de trouver quelqu’un avec qui voyager, tout en partageant une aussi forte complicité. Nous séjournons à Cairns pour quelques jours, le temps de se reposer de notre aventure dans le désert et de trouver le moyen de parcourir la côte Est de haut en bas le plus librement possible tout en respectant le budget.

Entre temps, depuis Melbourne, j’ai repris contact avec une ancienne connaissance. J’ai rencontré Clément il y a dix ans, nous avions alors 14 ans. S’en était suivi une petite amourette d’adolescents très brève et insouciante. C’est avec étonnement que j’ai découvert sur Facebook que nous étions, après tout ce temps, en train de vivre la même chose dix ans après : parcourir le globe. Pendant quelques mois, il a sillonné l’Asie, puis l’Australie faisant partie de son « Tour du Monde », nous avons prévu de nous rejoindre ici à Cairns. Plus les jours avancent plus j’appréhende. Dix années déjà… Forcément, je mentirais si je disais que je n’ai pas un peu le cœur qui bat, et des idées romantiques, c’est tout de même l’un de mes premiers amours ! Ce qui n’est pas vraiment de l’avis d’Elise… Elle ne manque pas de me rappeler tous les jours qu’il est hors de question qu’elle voyage avec un couple. Un couple ? Mais je le connais à peine !

Récit complet disponible dans mon ebook !

Lire la suite « #East Coast : Le Parfum des embruns iodés »