Autour du Monde, Voyage intérieur

Dire au revoir à cette backpackeuse en moi

Après une année partie seule en sac à dos sur les îles du Pacifique, après l’Italie, les USA, le Canada, on dirait que je suis fatiguée de tous ces mouvements, de cette vie sans attache, pleine de valises, à la « roots ». La baroudeuse que je suis — ou que j’étais, je ne sais plus — a de nouvelles envies, de nouveaux rêves, de nouveaux désirs pour son avenir.


Fatiguée de voyager à l’arrache

Qui dit « backpacker » dit petit budget, auberges de jeunesse, bouffe pas chère, moyens rudimentaires et improvisés. Qui dit « backpacker » dit vie à l’arrache, douches, vaisselles, vêtements sales, dit vie en communauté, bruits, courtes nuits, inconfort. Dit fatigue.

Je suis fatiguée de devoir me tasser dans un coin de chambre pour essayer de prendre quelques affaires dans un sac à dos surchargé, de faire attention à ne pas allumer la lumière à 18h quand quelqu’un décide de rattraper sa nuit, de ne pas péter un câble quand un autre rentre à 4h du matin bourré et allume tout le dortoir en faisant un boucan pas possible.

Je suis fatiguée de cuisiner fréquemment la même chose dans des locaux sales, avec un kit à vaisselle incomplet. Fatiguée de me laver dans des douches où l’on peut à peine poser ses affaires qui ressortent donc mouillées, mes pieds qui font « floc-floc » dans les marres d’eau croupie.

Fatiguée d’arriver dans une auberge et ne connaître personne — ça m’a toujours un peu gênée au fond de moi — aujourd’hui ça me saoule. Les fêtards et habitués qui ont pris place dans les lieux communs en laissant peu d’espace aux nouveaux arrivants, qui partagent leur musique comme si c’était une boite de nuit, qui rient et parlent fort, m’agacent.

Qu’est-ce qui se passe ? Je vieillis ou je devienne conne ?

Avant je supportais, le jeu en valait la chandelle. Les paysages, la liberté, les rencontres. Avant c’était l’aventure ! Chaque épreuve, difficulté, désavantage ne faisait que rendre l’expérience plus enrichissante, les beaux moments encore plus satisfaisants. Dans tous les contextes et avec tous, j’ai toujours su tirer le meilleur de chaque instant, bon ou mauvais. Pour l’amour du voyage je supportais ce que je ne supporte plus aujourd’hui. J’ai simplement envie d’un peu plus de confort, de facilité, de tranquillité. Assez de galérer pour des choses aussi importantes et simples que se faire à manger, se doucher, et surtout dormir.

J’ai toujours envie de voyager, d’explorer, de contempler ce monde magnifique, mais d’une autre façon. Je préfère lâcher-prise sur la programmation, me laisser davantage porter par mon intuition pour choisir les destinations, les activités, les étapes, mais m’octroyer un peu plus de « luxe » sur les choses qui me semblent élémentaires.

La voyageuse en moi rêve d’un paysage que l’on appelle « maison »

Mes envies changent. J’ai osé : j’ai voyagé, seule ou accompagnée, longtemps. La parisienne est devenue baroudeuse, nomade, backpackeuse. Elle est tombée de haut, elle a appris et grandi. On dirait que j’ai voyagé assez longtemps avec cette aventurière aux moyens rudimentaires. Je l’ai explorée, je l’ai faite parler, je l’ai faite vivre. Elle était forte, rebelle, perchée, blessée aussi. Elle avait des choses à me dire, des choses à réparer.

On dirait qu’une autre femme naît en moi aujourd’hui, et je n’ai pas l’impression de me trahir pour autant. J’ai des rêves différents qui font danser mon corps vers d’autres horizons tout aussi inconnus, tout aussi effrayants que de partir seule voyager — voire davantage encore. Me réaliser professionnellement, développer et partager mes talents, m’épanouir au quotidien dans mon métier. M’installer et trouver un équilibre enrichissant dans ma vie de sédentaire, poser mes valises, construire, nourrir les liens en chair et en os, pas par skype interposés. Explorer la France et l’Europe que je connais si peu. Aimer, m’unir, trouver une sorte de liberté dans l’engagement, devenir maman.

Je ne me trahis pas parce que je veux une maison et des enfants

Je vois, j’entends partout sur les groupes de backpackers que l’on oppose voyageurs et travailleurs. Deux camps. Ceux qui sont libres et les autres pris dans le système. A cet instant de ma vie, je suis à la lisière. Encore heureux que c’est bien plus subtil et complexe que ça ! Je ne renie pas mon nomadisme, mon côté hippie-révolutionnaire en quête de liberté et d’une façon de vivre différente, éloignée du capitalisme et du matérialisme. Je ne me trahis pas parce que je veux une maison et des enfants. Pourtant, dans les yeux de mes compagnons de route du monde entier, j’ai l’impression que je me range, que je passe de l’autre côté de la barrière.

Est-ce que je ne peux pas garder mes valeurs, mes envies d’exploration, mes combats sociaux et écologiques, et mon audace et ma curiosité de voyageuse dans ma vie de tous les jours ? Est-ce que ça fait de moi une fille « plate » (comme disent les québécois — « ennuyeuse »), une vendue qui a perdu tout sens de l’aventure ?

Pour respecter l’âme du voyage, il faut aussi savoir s’arrêter avant d’en être dégoûtée.

J’ai vécu au gré du vent et de mes désirs d’« autre chose-ailleurs » pendant 3 ans maintenant. 3 années déracinée à planter des graines d’exotisme, d’inconnu, d’imprévu pour faire pousser en moi une femme différente. 3 années à fuir gentiment mon cadre, mon pays, mon éducation, pour me découvrir, me trouver, m’inspirer. J’ai été nourrie de l’intérieur par tellement d’instants, de couleurs, de rencontres, gravés à jamais en moi. Je les revois, je les revis comme si j’y étais lorsque je ferme les yeux.

J’ai été choyée, privilégiée, mes plus beaux rêves ont été exaucés, du plus fou au plus inattendu. Ma vie est merveilleuse, je ne regrette rien, je la remercie souvent.

Pourtant aujourd’hui, mes racines crient famine, elles flottent dans l’air depuis trop longtemps. Elles manquent d’eau et de terre. Plus que tout au monde elles désirent être plantées et l’arbre souhaite grandir, porter ses fruits, donner de la substance, du sucre et de l’oxygène autour. Une voyageuse sait aussi détecter la fin d’un voyage. C’est la fin du mien, de ces trois années à vagabonder, pour retourner fière et plus qu’heureuse sur ma terre, dans mon pays, auprès des miens. Je quitte le Québec pour rentrer en France.

Un autre voyage commence, tout aussi fascinant, challengeant, riche et effrayant… Le retour à la maison.


Globe-trotteuse et auteure du livre “Hémisphères en mouvement”, le voyage est pour moi une quête de sens et d’identité, une initiation à des prises de conscience et des transformations. En route vers un voyage intérieur !

J’anime également des ateliers qui associent intelligence collective et émotionnelle, afin de se (re)découvrir sous différents aspects de notre potentiel.

N’hésitez pas à me contacter et à me suivre sur les réseaux sociaux !

Facebook — Hémisphères en mouvement

Facebook — Développons notre potentiel

Twitter, Instagram, LinkedIn

Publicités

13 thoughts on “Dire au revoir à cette backpackeuse en moi”

  1. Un merveilleux article je comprend ton point de vue qui est aussi le mien. Besoin d’avoir un chez soi permanent des rencontres qui reste et que tu peux voir regulierement, une vie “stable”, ce qui ne veut en rien dire arreter de voyager bien au contraire mais prendre le temps, un voyage a la fois 😊 Bon nouveau depart !

    J'aime

  2. Très bel article ! Je ne pense pas que tu dois te voir dans telle ou telle catégorie. On a toujours tendance à mettre tous le monde dans des cases : ceux qui voyagent hors des frontières, les faux voyageurs qui se contentent des lieux touristiques, les pigeons qui bossent dans les bureaux… Vis ta vie, elle est déjà bien assez courte comme ça. Concilier voyage et vie de famille, tu peux le faire tant que tu le veux… et puis la France est un beau pays !

    Courage dans ta nouvelle vie 🙂

    J'aime

  3. C’était chouette de lire ton article… que je trouve très sincère et dont je partage l’avis. C’est bien d’arrêter le voyage permanent avant de se dégoûter du plaisir de voyager. Comme tu le décris, le voyage c’est fatiguant, tant sur le plan physique que mental et je comprends que tu aies envie d’autre chose au bout de ces 3 ans.

    J'aime

  4. J’ai beaucoup aimé ton article dans lequel je me suis retrouvée quelque peu… Je suis une grande fana de voyages, j’aime cette idée de m’enfuir ailleurs pour un instant, de découvrir d’autres choses, de voir les merveilles que d’autres régions et pays cultivent. Et pourtant, rentrer retrouver mon quotidien après un long voyage me fait le plus grand bien. J’ai souvent fait le même constat que toi entre les voyageurs backpackers, en solo et les autres. Comme si le fait de ne pas voyager de la même façon ne faisait pas de nous de « vrais » voyageurs. Pourtant je pense qu’il y a autant de voyages que de voyageurs et que s’arrêter à cela est absurde. J’aime voyager, mais avec confort, organisation. Je n’arrive pas non plus à voyager léger comme le font les backpackers par exemple. Mais ce n’est pas pour autant que je suis moins une voyageuse qu’eux. L’envie de découvrir le monde est pareil, il y a juste parfois des paramètres qui changent 😉

    J'aime

  5. Superbe article! Tu arrives aisement mettre a l’honneur un choix de vie! Tout le monde n’est pas aussi a l’aise que toi pour avouer vouloir evoluer,changer de parcours de vie, desirer autre chose! Et c’est super 👍avoir un chez soi n’est pas une honte, tout comme aimer les voyages puis decider d’en faire moins ou de ne plus en faire son centre d’interet principal! Bravo a toi et bonne chance pour ce nouveau depart 😉😙

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s